Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
.............................Une Feuille De Personnage Est A Remplir Dans Votre Profil ! || Vive Witch Rpg !!

Partagez | 
 

 Candice Deveaux [ Auto-Validée ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Candice Deveaux
{ Prêtresse }
avatar

Féminin Messages : 207
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 26

Carte D'identité
::> Race: Sorcière
::> Tag Line: « Candice Deveaux, Sorcière née Humaine... »
::> Relations:

MessageSujet: Candice Deveaux [ Auto-Validée ]   Mar 28 Avr - 9:54

Mais Quel Est Le Nom De Cette Jolie Petite Bouille ? *.*


  • Nom Deveaux
  • Prénom Candice
  • Surnom Cherry
  • Âge 21 ans
  • Race Sorcière
  • Classe Prêtresse
  • Emploi Vendeuse chez Vuitton ( Faut bien arrondir les fins de mois )
  • Pouvoirs/Spécialités : Manipulation de l'énergie et du magnétisme.


Bah Oui Mais C'est Pas Fini Hein


  • Petite Histoire
Au début j'étais une humaine, simple et joyeuse, je militai fièrement pour l'abandon de la guerre par les Humains. Ce n'était pas un amour particulier des sorcières qui me poussait à faire ça mais plus la haine du comportement animal des Humains ( comme des sorcières d'ailleurs ). En fait je crois que j'étais un genre de rêveuse éveillée toujours accompagnée de sa dose d'exta... Fallait bien se faire plaisir de temps en temps.
Ma vie a changé ce mardi 15 février 2024, on militait sur la place de la concorde, les voitures nous maudissaient et on s'en gratifiait mutuellement. Notre groupe n'était pas immense, nous étions aux alentours de 30 manifestants quand une attaque de sorcières nous a tous surpris. Elles sont arrivées par les airs, sur leurs foutus ballais à la con, elles aiment les clichés je crois. Tout ça pour dire que les citrouilles explosives nous ont tous tués, du moins je croyais.
A mon réveil j'étais attachée à un genre de bûcher que l'on avait fixé sur le mur, j'étais dans la ville souterraine, autant vous dire que je me suis fais une belle frayeur en voyant toutes ces petites pétasses magiques me grouiller autour. Elles m'ont laissée comme ça pendant deux jours, sans boire ni manger, j'étais au bord de la mort quand un groupe particulier de sorcières, habillées en noir et blanc, s'est positionné autour de moi et a commencé un genre de rituel bidon avec des pierres et une vieille sorcières boiteuse devant moi. Ça a duré si longtemps que je me suis endormie, à mon réveil elles m'attendaient toutes, l'une d'elle s'est avancée et m'a mit un collier autour du coup, la pierre transparente est aussitôt devenue dorée, c'est là qu'elles se sont toutes prosternées, j'y comprenais rien.
C'est seulement des mois plus tard que je compris réellement ce qu'il se passait, ces fourbes m'avaient transformée en sorcière, en prêtresse c'est ça le pire. Ça fait deux ans maintenant, j'ai quitté ce qu'elles appellent la ville souterraine, rejoignant le monde humain sans plus me faire remarquer. Je bosse chez Vuitton sur les champs au cas ou quelqu'un veut un sac...


Et Enfin, Les Tests Rp !


Vous allez devoir écrire trois petits rp ( aux environs de 10 lignes ) sur les sujets suivants :

  • En situation d'attaque de sorcière
    Elle n'était pas sorcière depuis très longtemps. A vrai dire, Candice pensait que cette « Maladie » allait lui passé comme une grippe le faisait. Elle avait quitté la ville souterraine et retrouver sa vie d'un ennui divin à Paris.
    Candice bossait depuis quelques mois comme vendeuse chez Vuitton, en plein sur les champs, ce boulot lui plaisait, elle était bien payée et la patronne n'était presque jamais présente, si bien qu'elle n'avait même pas remarqué l'absence de la rousse pendant deux jours.
    Ses pas la guidaient à nouveau au travers des pavés blanchâtres de l'avenue Lumière, le bruit de la circulation était toujours plus insoutenable en fin de journée, comme un bourdonnement constant labourant l'esprit saccagé de l'enfant. Cherry n'avait qu'une chose en tête : Rentrer chez elle. Les rues de la ville étaient pareilles à de larges abysses pleines de silhouettes difformes, elles couraient, glissaient sous le bruit constant et rythmé de la vie Parisienne. La lune commençait lentement sa montée silencieuse vers le Zénith paré d'argent et de soie.
    Candice ne remarquait pas la fine ombre qui longeait les formes de la ville. A mesure qu'elle s'écartait du centre le profil ténu s'enlaçait autour de l'ombre dupliquée par les nombreux lampadaires de Cherry. Elle s'avança vers la porte dérobée de son immeuble, enfonçant la clé de cuivre dans le bois craquelé du battant et s'apprêta à entrer quand une main, fine et puissant, vint entourer ses hanches et la projeter au loin. Candice frappa le mur opposé, tombant lourdement au sol dans un bruit sec. Ses membres étaient fébriles, et sous les lampadaires ternes se dessinait le visage macabre d'une sorcière, son visage taillé dans la finesse abordait alors une expression funeste, la mort habitait son corps et ses membres n'étaient plus que les outils de Hadès. Ses doigts comparables à des couperets fendant l'air entourèrent le cou de Cherry qui avait déjà du mal à respirer. Ce fut dans un effort herculéen que la rousse demanda, à moitié étouffée.
    - Que me voulez vous ?
    Une voix nasillarde résonna entre les murs monotones de la rue, elle faisait l'apologie de la crainte et de la folie dans ses seuls mots.
    - Je veux ton pouvoir, et pour cela tu dois mourir.
    Entre conscience et inconscience, Candice lança sa jambe en avant et se dégagea de l'étreinte suffocante. Se relevant aussi tôt, ses lèvres se lièrent en d'étranges paroles, confuses et incompréhensibles, Candice prononça sans le savoir un sort dévastateur.
    - Brignir Ethe.
    Un frisson d'argent et d'or courut sur ses bras, plongeant dans le sol et remontant en de longs et larges filets de feu autour de la frêle enchanteresse. Ses cris de douleur étaient mêlés à l'odeur répugnante de la chair calcinée, Candice s'évanouit.

  • Avec la personne que vous aimez
    Une odeur de poulet brûlé trainait entre les vieilles chaussettes dérivant dans le salon. Le soleil semblait avoir abandonné la pièce qu'une épaisse brume avait rendue impraticable. Un reniflement rythmé par la musique grésillant à travers les baffles décapitées de la chaine Hifi résonnait entre les murs délavés de l'appartement. La ville s'étendait à travers les vitres, Paris était une ville boiteuse depuis le début de la guerre, l'ancienne capitale Lumière n'était plus aujourd'hui qu'une jumelle dépourvue de jumelle, un miroir sans image à refléter, une coquille vide, tant mieux les loyers avaient baissé.
    Candice était vautrée sur le canapé rouge sang, au centre du salon, ses yeux étaient clos bien qu'ouverts, sa chair était pâle et son corps que toute grâce avait abandonné était le seul témoignage de sa présence ici. Une morne vitalité faisait vibrer ses muscles, elle s'agitait en une série de mouvements incohérents, caressant le daim du sofa, observant le plafond un sourire niais sur le visage, sa peau se crispait puis se détendait, ses yeux s'ouvraient et se refermaient, mais rien, ni vie ni douceur n'habitait plus ses douces formes.
    Son corps aux relents de cadavre se leva d'un trait, son visage portait la marque de la peur, puis se détendit à nouveau. Un rire tout aussi inepte que son expression marqua le début d'une suite de 'pouffages', Candice était éclatée.
    C'est pour cela qu'elle détestait prendre des congés, son dealer était son voisin, la tentation était trop forte. Deuxième jour, l'appartement était comparable à Bagdad ( En périodes de fêtes ) et son sang était plus dense en drogues diverses qu'en globules rouges. Cherry riait du vent, pleurait pour le carrelage et dansait pour le tableau de Watteau accroché – on ne sait pourquoi – au dessus de son lit.
    Ses pas glissaient agilement entre les monts et vallées du salon, elle s'approcha de la porte d'entrée et ouvrit sans attendre, dévoilant derrière le battant blanc le visage souriant ( mais sobre ) son dealer, dont elle était éperdument amoureuse depuis facilement cinq longues minutes. Se lançant avec fougue au cou de son fournisseur, elle tira son col à l'intérieur de l'appartement, fermant aussitôt la porte.
    - Tu veux encore une dose ?
    - Non.
    - Tu veux quoi alors ?
    - Non.
    - Hein ?
    - Hein ?
    - T'es défoncée toi.
    - Non.
    - Candice, t'as pris quoi cette fois ?
    - HAHA


    Elle ne laissa pas le temps au pauvre homme qui venait de s'asseoir sur le divan et sauta à califourchon sur ses jambes, elle le tenait par le col, et l'embrassa sans plus attendre. Ses lèvres puaient l'alcool mais le dealer – qui n'était pas totalement sobre, disons le – sembla plutôt apprécier l'initiative, y mettant même du sien. Elle l'aimait.

    * Oaih nan parce que pour une misanthrope, sorcière qui plus est, et rousse avoir un copain qu'elle aime et des étoiles dans le cœur c'est pas cool.


  • Pratiquant votre loisir préféré
    « Mes nuits sont douces et mes songes légers, les souvenirs s'effacent et ma mémoire décroche, je ne suis plus qu'une ombre, délire de nos années perdues, une chose indésirable, une sorcière née humaine. Candice Deveaux, dernier vestige d'un passé aimé.»

    Les mots tombaient sur la feuille de papier recyclé, son brun rappelait à Candice le bois dont étaient faits la plupart de ses jouets, ses parents avaient été de grands admirateurs de vieux jouets. Elle laissait tomber le stylo et piquait le bout de papier sur le mur, parmi la foule d'autres mots, phrases, messages.
    Candice n'était pas nostalgique de nature, mais c'était maintenant un rituel avant de faire du violon. Depuis qu'elle était transformée, Candice avait fait le choix par sécurité de ne plus côtoyer les représentants de son ancienne vie, à savoir ses parents, ses amis, son frère.
    Elle attrapa l'instrument fait de bois brun, l'archet était blanc immaculé, une natte de pureté glissant dans un mouvement lent et gracile sur les cordes tendues du violon. Une mélodie résonnait dans l'appartement, l'endroit alors froid et sale, devenait support à l'envolée lyrique qui résonnait entre les murs bleu ciel de la pièce. Candice jouait du violon dès qu'elle le pouvait, sa seconde drogue, l'instrument s'agitait dans une danse douloureuse et un frisson parcourait l'échine de la belle rousse, ses traits se détendaient, son visage alors crispé se changeait en une expression de délicatesse. Cherry s'était renfermée sur elle même ces deux dernières années, la vie solitaire de sorcière ne lui permettait aucune bavure, aucun copain, aucune relation, une vie basique et parfois sordide. Ses mélodies au violon étaient de ces rares moments pendant lesquels elle pouvait sans retenue dévoiler au grand jour ses sentiments interdits. La musique montait au loin, le rythme s'accélérait et bientôt les notes se bousculaient dans une folle course vers la beauté. Elle était heureuse, et belle.

    « Ne t'en fais pas, je vais bien. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Candice Deveaux [ Auto-Validée ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de Jouer :: 
Inscription
 :: Acceptés
-
Sauter vers: